Culture au Cœur Pages des Communes Lacommande
Connexion


Culture au Cœur
La culture
Découvrir le Cœur du Béarn
Services pratiques

Lacommande

Envoyer Imprimer
Superficie : 320 ha
Population : 229 habitants

  • Histoire
  • Vie locale
  • Conseil municipal
  • Contact
  • Diaporama

lacommande-02_thumbLe pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle prit de l'ampleur au Xl ème siècle avec les succès de la « Reconquista », dans le nord de l'Espagne. Gaston IV, vicomte de Béarn, surnommé « le Croisé » en raison  du rôle qu'il joua en 1099 lors de la prise de Jérusalem, participa activement à cette reconquête et finit même par trouver la mort au combat en 1131.

Il engagea ainsi le Béarn, dans le domaine politique et économique, vers une alliance avec la couronne d'Aragon, faisant même de la vicomté la vassale de cette dernière. C'est notamment dans cette optique « politico-économique » qu'il s'attacha à aménager les routes qui menaient vers le col du Somport. La fondation de Lacommande et d'un certain nombre d'autres commanderies en Béarn s'inscrivit donc dans ce projet d'union qui rejoignait la démarche de l'archevêque Diego Gelmirez, lequel donna, entre 1100 et 1140 une dimension internationale au pèlerinage de Saint-Jacques.

lacommande-03_thumbUn peu partout furent créées des haltes pour les pèlerins : il s'agissait d'un ensemble comprenant à la fois un « hôpital » (c'est-à-dire un endroit permettant d'héberger, de nourrir et le cas échéant; de soigner des voyageurs) et un lieu de culte. On appela ces relais des commanderies. En Béarn, certaines de ces commanderies dépendaient de l'abbaye hôpital de Sainte Christine du Somport, à la tête de laquelle se trouvait un prieur. Gaston IV avait compris qu'il pouvait parfaitement harmoniser ses visées politiques avec cet élan religieux qui poussait les pèlerins vers Compostelle, d'autant plus que le Béarn était géographiquement placé de manière idéale.

lacommande-04_thumbLa date de fondation de l'hôpital de Lacommande; qui dépendait de Sainte Christine du Somport, est incertaine peut-être entre 1114 et 1120, peut-être en 1124. Quant au nom même de Lacommande, il n'apparaît que bien plus tard. Le recensement des maisons de Béarn, ordonné par Gaston Fébus en 1385, fait mention de « l'Espitau d'Aubertii » (l'hôpital  d'Aubertin). L'actuel village de Lacommande n'était à l'origine qu'un quartier de la paroisse d'Aubertin et l'on avait construit l'hôpital et l'église dans un endroit désert du nom de « Faget d'Aubertii », (« Faget » signifiant en Béarnais lieu planté de hêtres). La traversée des forêts n'étant pas du goût des pèlerins qui les redoutaient, car ils risquaient de s'y faire rançonner, Gaston IV, en déboisant pour y faire édifier l'hôpital, avait ainsi rendu tout à fait sûr ce lieu de passage.

De nombreux procès découlèrent de la fondation : une famille noble prétendit que celle-ci s'était faite sur ses terres, sans son consentement. Un accord fut trouvé en 1128. Au fil des siècles, l'hôpital du Faget d'Aubertin devint le centre d'une colonie de peuplement qui ne comptait encore que trois fermes en 1385. Ce n'est qu'au XVème et plus particulièrement au XVIème siècle que Faget constituera un village à part entière qui prit, au XVllème siècle, le nom de La Commande, orthographe qui se transformera en celle de Lacommande au XIXème siècle.

lacommande-05_thumbQuant à la gestion et au service de l'hôpital et de l'église, Gaston IV les confia aux chanoines réguliers de l'ordre de Saint Augustin.

Malgré l'absence de documents l'attestant, on peut penser que Lacommande du connaître une réelle prospérité tout au long du Moyen Age et même jusqu'au XVIème siècle, car le recensement établi sous la Réforme lors de la saisie des biens ecclésiastiques en Béarn indique que l'établissement disposait de 2 500 livres de rentes annuelles.

Lors du rétablissement du culte catholique en Béarn au début du XVllème siècle, la Commanderie fut confiée aux Barnabites qui trouvèrent l'hôpital presque totalement en ruine et l'église fortement endommagée. Ils entreprirent de restaurer cette dernière comme le confirme la date de 1696 qui figure sur le clocher. Elle fut, par la suite, à nouveau restaurée à plusieurs reprises. L'hôpital, quant à lui, se trouvait dans un très grand état de délabrement quand le Conseil Général des Pyrénées- Atlantiques décida, en 1980, de l'acheter, le sauvant ainsi d'une disparition irrémédiable et entreprit, en 1984 et avec l'aide de l'Etat, de le restaurer afin de lui redonner vie. Sous l'impulsion de M. René Camy, maire de Lacommande et conseiller général du canton de Lasseube, qui s'était voué à cette oeuvre corps et âme, plusieurs campagnes de travaux ont abouti à une restauration remarquable de l'édifice.

lacommande-06_thumbLa disposition d'ensemble des lieux est d'une harmonie fort simple tout à fait adaptée aux fonctions d'un relais de pèlerins: l'église à nef unique orientée Est-ouest est flanquée au Nord par une chapelle en partie surmontée du clocher et au Sud par une sacristie et une seconde chapelle. Cette église, qui est un des joyaux de l'art roman en Béarn, mérite une visite approfondie. A angle droit avec la façade occidentale s'étend le vaste rectangle du bâtiment hospitalier aujourd'hui restauré (à signaler que la toiture en bardeaux a été reconstituée avec des matériaux travaillés à l'ancienne). Nous ignorons quel pouvait être l'aménagement intérieur de l'hôpital, qui devait être très simple, offrant aux pèlerins le vivre et le couvert, sans luxe ni grand confort. Une partie de l'espace situé au Sud de l'église et à l'Est de l'hôpital servait de lieu de sépulture (notamment pour les pèlerins dont le chemin sur terre s'achevait à Lacommande) et on y a retrouvé des stèles discoïdales anciennes.

lacommande-07_thumbDe nos jours, le village fort de 230 habitants, se tourne vers un avenir axé autour du tourisme et de la vigne. Voici quelques années, les viticulteurs du Jurançon, regroupant plus de 40 producteurs, ont établi leur siège à Lacommande du fait de sa situation au coeur du vignoble du Jurançon. Le Caveau du Jurançon, installé dans un splendide local inauguré en 2006, donne ainsi une nouvelle impulsion économique et culturelle à Lacommande. Un partenariat entre le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques et la Route des Vins du Jurançon permet désormais une activité culturelle et artistique importante dans les locaux de la Commanderie.

lacommande-01_thumb

Maire : M. MONTAUT Paul

  • 1er adjoint : M. VOTIE Jacques
  • 2éme adjoint : Mme NOUSTY Isabelle

Conseillers municipaux :
  • M. BARRUE Alban
  • Mme CAMBLONCQ Christelle
  • M. CAMBLONG Francis
  • M. DUPLEIX Alain
  • Mme GONZALEZ Régine
  • M. LAHITTE Jean-Bernard
  • Mme LAMBOURG Nathalie
  • M. RODRIGUEZ Jean-François

Horaires d'ouverture de la Mairie :

Le Mardi : de 14h00 à 17h30
Le Vendredi : de 8h30 à 12h00
Tél : 05-59-82-70-39

Fax : 05-59-82-71-98

mail : mairie.de.lacommande@wanadoo.fr

 
christian louboutin chaussures replique