Culture au Cœur Pages des Communes Lucq de Béarn
Connexion


Culture au Cœur
La culture
Découvrir le Cœur du Béarn
Services pratiques

Lucq de Béarn

Envoyer Imprimer
  • Histoire
  • Présentation
  • Conseil municipal
  • Services publics
  • Diaporama

X - XIII siècles

Thumbnail image"Villam de Luco". La première mention de Lucq, qui fait alors partie du diocèse d'Oloron et de la vicomté de Béarn, apparaît à la fin du X° siècle (vers 970-980) avec la création, en ce lieu, par le comte de Gascogne Guillaume-Sanche d'une abbaye qu'il dédie à Saint-Vincent et où l'on observera la règle de Saint-Benoît.

L'établissement religieux va alors prospérer au milieu d'un semis d'exploitations rurales ou " villas " organisées en paroisses, ancêtres des actuelles communes de Poey, Saucède, Verdets, Ogenne, Lay, Préchacq, Aren, Orin…, et dont l'abbé de Lucq est souvent le seigneur.

De nombreuses donations en terres ou revenus ecclésiastiques viendront enrichir l'abbaye, apportées en dot par des personnes nobles, tant hommes que femmes, qui venaient s'y établir ou y finir leurs jours. Le terroir est alors couvert de forêts, vers 1060 et en 1114 le monastère figure sous l'appellation " monasterii de sylva bona ", tandis que l'agriculture est déjà axée sur l'élevage, la culture des céréales et celle de la vigne. (Sources : Cartulaire de Saint-Vincent de Lucq).

Un seul fait marquant nous est par ailleurs connu avant le XIV siècle.

Il s'agit des séjours que feront en l'abbaye de Lucq Edouard Ier et Aliènor de Castille, roi et reine d'Angletere, en 1287, accompagnés de leur cour ainsi que de leur…ménagerie.

Architecture

L'actuelle église Saint-Vincent aurait vu le jour vers 1020. Elle possède encore une partie de son décor du XII siècle : chapiteaux, bandeaux de billettes, marques de tâcherons ainsi que les modillons du chevet. Si l'abside et l'absidiole nord ont fait l'objet de diverses restaurations, l'absidiole sud (voûte et chapiteaux) n'a jamais été retouchée.

Un texte de la fin du XIII siècle mentionne pour l'abbaye un cloître disparu en 1569.

Le fameux sarcophage en marbre blanc, à découvrir dans l'église, daté de la fin du IV° ou début du V° siècle et magnifiquement décoré de scènes de l'Ancien testament pose la question de ses origines. Provient il d'un établissement antique à qui aurait succédé le monastère ou s'agit il d'une relique rapportée qui devait conférer sa notoriété au monastère ?

 

XIV - XVIII siècles

Lucq était depuis le début du XIV siècle le siège d'une des plus anciennes notairies de Béarn. Les textes qui nous sont parvenus, déposés aux Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques, fourmillent de renseignements sur l'abbaye ainsi que sur la communauté civile.

Thumbnail imageOrganisé sur le schéma que nous lui connaissons aujourd'hui, un bourg et des quartiers, le village de Lucq est en cette fin de Moyen-Age l'un des plus importants du Béarn. Le dénombrement de 1385 y recense 240 " ostaus " dont 180 sont habités, les autres sont abandonnés, peut être à cause de l'épidémie de peste qui rode en Béarn depuis le milieu du siècle. En 1592 ce sont 390 feux qui s'acquittent de la taille, soit 2000 à 2500 personnes.

A l'abbaye la règle de Saint-Benoît connaît alors d'importants relâchements, l'abbé n'est plus qu'un seigneur comme les autres et les moines, une douzaine, ne font plus que recueillir les revenus attachés à leur fonction (prieur, sacristain, infirmier…).

Lié à la décadence de l'Eglise catholique et à l'apparition de l'humanisme, le protestantisme né en Allemagne va trouver, en la personne de ses souverains, un terrain favorable en Béarn . Dès les années 1550 des prédicateurs sont présents à Lucq et en 1562 l'église Saint-Vincent est partagée entre catholiques et réformés.

L'année suivante le premier pasteur, Pierre Lemée, est à pied d'œuvre. En 1567 l'abbé Arnaud de Foix, proche de la reine de Navarre Jeanne d'Albret, exige de ses moines qu'ils assistent aux prêches qui se font dans l'église désormais qualifiée de " temple ". Partagé entre les 2 courants religieux le Béarn n'échappera pas aux guerres qui les opposèrent sonnant la fin de l'abbaye bénédictine, détruite au mois d'août de l'an 1569.

Il faudra attendre 1608 et un édit royal d'Henri IV pour que le culte catholique renaisse à Lucq. L'église lui est rendue, mais en échange de la construction d'un temple nécessaire à la nombreuse communauté calviniste.

Aboli à Lucq par une bulle pontificale de 1610, l'ordre de Saint-Benoît y fut remplacé par celui des Barnabites qui prirent possession de l'abbaye Saint-Vincent et de ses revenus. Ils devaient servir aux nouveaux occupants à mener à bien leur mission de contre réforme, c'est à dire à ramener dans le sein de l'Eglise catholique les âmes qui n'en étaient détournées au profit de l'Eglise réformée.

Les pères Maurice Olgiati, venu d'Italie ou Fortuné de Colom, originaire de Lucq semblent avoir œuvré avec succès dans ce sens. Jamais relevée de ses ruines, ou seulement en partie, l'abbaye restera la propriété des Barnabites jusqu'à sa vente comme bien ecclésiastique, le 12 mai 1791, à Pascal Elie, un marchand de Pau.

Architecture

Thumbnail imageLa tour de l'abbaye, qui a encore fière allure, présente les aspects architecturaux du début du XV siècle béarnais. Elle est classée Monument historique.

La première moitié du XVI siècle vit une remise de l'église au goût du jour. Un beau portail Renaissance, très abîmé, est construit sur la partie nord du transept, un autre plus modeste, mais intact, vient orner l'entrée du clocher. Quelques fenêtres, inachevées, sont percées dans les murs de la nef et des consoles décorées, peut être destinées à recevoir une voûte sont installées.

Il est vraisemblable que les troubles religieux du milieu du siècle auront raison de l'avancée des travaux.

Au XVIII siècle, les bas côtés de l'église (voir le plafond peint en 1757 par JeronimoRibero-Zapata (Jérôme Ribère), peintre andalou installé à Oloron) seront les derniers ajouts d'importance au bâtiment qui sera doté à la même époque d'une belle chaire polychrome et de plusieurs retables dont un magnifique baptême du christ par Jean-Baptiste.

La façade du temple bâti en 1609 est toujours visible, près de la fontaine au centre du Village.

Quant au bourg de Lucq il possède d'intéressantes maisons dont la construction va du XV-XVI au XX siècle. La mairie-halle date de l'époque qui suit.

 

XIX et XX siècles

L'histoire du XIX siècle à Lucq est dominée par le très fort mouvement migratoire qui entraînera plus d'un demi millier de ses habitants vers l'Amérique, plus particulièrement vers l'Argentine et Buenos-Aires. La commune perdra en un quart de siècle un cinquième de sa population faite d'artisans et surtout d'agriculteurs. (2422 habitants en 1848, 1850 habitants en 1900).

Thumbnail imageLa première guerre mondiale finira de saigner démographiquement notre village ainsi qu'elle le fit de tous ceux de France. C'est à plus de 80 de ses enfants qu' elle prendra la vie.

Aujourd'hui la commune de Lucq, retrouve petit à petit un souffle nouveau. A travers une agriculture, qui comme il y a 1000 ans, doit son succès à la production de céréales, même si le maïs y a détrôné le blé, à la culture de la vigne (AOC jurançon) et à l'élevage. A travers aussi des apports nouveaux de population qui lui ont permis d'enrayer la chute du nombre de ses habitants et de trouver des forces nouvelles.

Forte d'un riche passé sur lequel elle sait pouvoir s'appuyer la commune de Lucq espère un avenir serein.

LUCQ DE BEARN est une commune rurale de 1001 habitants composée d'un bourg et de 13 quartiers pour une superficie de 4 977 ha. Son relief vallonné est traversé par le Layou qui se jette dans le gave d’Oloron, et le Geü et le Larrus qui eux se jettent dans le gave de Pau.

Situé sur la route de Compostelle, c'est un village typiquement béarnais avec de belles demeures des XVlle et XVllle siècles.

Une légende attribuerait la fondation du 1er établissement religieux à Lucq à un proche de Childebert, fils de Clovis, ou à Charlemagne lui même !

Puis ce « locus » (« bois sacré » en latin) devint le village médiéval de « Saint-Vincent-de-la­Bonne-Forêt ».

Actuellement, Lucq conserve les ruines d'une ancienne abbaye bénédictine et possède un des plus beaux monuments du Béarn : l'église Saint-Vincent.

Cet édifice de style romano-gothique abrite une rareté : un sarcophage de marbre blanc du plus haut intérêt !

De proportions extérieures imposantes, il est unique en Béarn et date de l'époque paléochrétienne ( ve-vie siècle ap. J-C. ). Il fut découvert dans le sol de l'église en 1839 et fut classé en 1899 !

Les thèmes sculpturaux qui décorent les façades latérales réunissent des scènes tirées de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Le visites peuvent s’effectuer tous les jours de 9 h à 20 h (sauf pendant les offices religieux) : un monnayeur permet d'actionner un spectacle « son & lumière » mettant en valeur de l'édifice.

Commerces, artisanat, agriculture, gîtes de tourisme et chambres d’hôtes, cabinet médical et infirmier ainsi qu’un tissu associatif vivant et un club de hand ball actif en font une commune dynamique (voir lien avec www.lucqdebearn.com).

Les services publics sont également présents avec une Agence Postale Communale et un groupe scolaire qui compte 4 classes avec 100 élèves.

Liste des membres du Conseil Municipal de la mairie, élus lors des élections de Mars 2014.
Nom Prénom Adresse Fonction
M. LASSERRE-BISCONTE Albert Le Bourg Maire
M. LAGOUARDAT Michel Chemin de Hourcade 1er adjoint
M. BOURROUILH Daniel Le Bourg 2ème adjoint
M. LAGRANGE Jérôme Chemin de Mondine 3ème adjoint
Mme BELLEGARDE Anne Le Bourg Conseillère Municipale
M. CASADAVANT Monique Chemin de Casadavant Conseiller Municipal
M. JOUAN Thierry Le Bourg Conseiller municipal
M. LACROUTS Cédric Quartier Labaigt de Haut Conseiller Municipal
Mme LAILHACAR Corine Chemin de Serramida Conseillère Municipale
M. LEMBEYE Pascal Chemin de Guilhamet Conseiller Municipal
Mme MONCAUBEIG Muriel Chemin des crêtes Conseillère Municipale
M. OLIVE Michel Quartier Marquemale Conseiller Municipal
M. POUYMIROO Jean-Jacques Quartier Sègues Conseiller Municipal
Mme QUENIN Hélène Quartier Lamarquette Conseillère Municipale
M. BERROGAIN Nicolas Chemin des crètes Conseiller Municipal

Mairie

Le secrétariat est ouvert les lundis, jeudis et vendredis de 9 h à 12 h, les mardis et mercredis de 14 h à 18 h.

Téléphone : 05.59.34.38.09.
Fax : 05.59.34.34.10.

Mail :  mairie.lucqdebearn@wanadoo.fr
Site internet : www.lucqdebearn.com

Nom du Maire : M. LASSERRE-BISCONTE Albert
Nom de la secrétaire de mairie : Christine HIPPOLYTE

 

Agence postale communale :

Ouvert du mardi au vendredi de 14 h à 16 h 45 et le samedi de 9 h à 11 h 45.
Téléphone : 05.59.34.38.00.

 

Groupe scolaire :

Téléphone : 05.59.34.36.09.

 
christian louboutin chaussures replique